Recherches sur les développements dans la région arabe

En mai 2013, la Fondation euro-méditerranéenne de soutien aux défenseurs des droits de l’Homme (FEMDH) a organisé une journée de réflexion afin de mieux comprendre et analyser l'évolution des dynamiques dans la région, et ainsi adapter son approche stratégique aux nouveaux besoins des défenseurs de droits de l’Homme.

A cette occasion, trois éminents chercheurs ont présenté leurs analyses sur les changements survenues dans la région suite aux «soulèvements arabes», d’un point de vue historique, législatif, et socio-politique.

 

Mohamed Sghir Janjar est docteur en Anthropologie, et directeur-adjoint  de la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Etudes Islamiques et les Sciences Humaines à Casablanca. Il est également l’auteur de nombreuses études traitant de la pensée islamique arabe. Parallèlement, Mohamed Sghir Janjar est éditeur pour la collection «Religion» des éditions Prologues, et coédite la collection des débats philosophiques Le Fennec. Il a publié plusieurs articles et contribué à différents essais collectifs, parmi lesquels un essai sur la formation du mysticisme musulman.

  • Vicissitudes des transitions en cours dans les pays arabes, Ghazi Gherairi (publication à venir)

Ghazi Gherairi est enseignant chercheur en droit public et sciences politiques à la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et sociales de Tunis, de l’Université de Carthage. Il enseigne également auprès de l'Institut Diplomatique de Tunis, et  de l’Ecole Tunisienne de Politique. Il est le secrétaire-général de l’Académie Internationale de Droit Constitutionnel, vice-président de l’Association Internationale de Méthodologie Juridique, et ancien membre et porte-parole de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique en Tunisie. Ghazi Gherairi fait également parti du comité de rédaction du journal «Le Maghreb», et est le coordinateur général  de la Fondation Averroès pour la Démocratie et le Progrès, un groupe de réflexion visant à promouvoir l’émergence de sociétés démocratiques, pluralistes et égalitaires. Parallèlement il a publié plusieurs articles sur les systèmes d’administration publique, le droit constitutionnel, la législation sur la concurrence, les mécanismes de résolution des litiges, et le droit public international.

Eberhard Kienle est le Directeur de l’Institut Francais du Proche-Orient (IFPO), et directeur de recherche au CNRS. Il enseigne les sciences politiques à l’IEP de Paris et Grenoble. Spécialiste en relations internationales, sociologie politique et économie politique du Moyen-Orient contemporain, il attache un intérêt particulier à la dimension historico-comparative des développements dans la région. Il a précédemment enseigné à Oxford (St. Antony’s College) et à l’Ecole des Etudes Orientales et Africaines (SOAS). En tant que directeur du département des Etudes Proches et Moyen-Orientales à SOAS, il fût l’un des fondateurs de l’Institut Londonien du Moyen-Orient (LMEI). Au cours de sa carrière, il a également œuvré comme conseiller auprès de plusieurs agences gouvernementales, organismes internationaux, ONG et entreprises.